L’académie de jazz de France depuis 1955

SELLIN Hervé (1989)

Lauréat en 1989

JPEG - 38 ko
Tony Bonfils, dr., Dee Dee Bridgewater, Hervé Sellin
Fort de France, décembre 1991
©Philippe Etheldrède

Pianiste, compositeur et arrangeur français (Paris, 16-3-1957).

Il entreprend des études de piano classique et, parallèlement, s’initie à la trompette puis au trombone. Au Conservatoire, pendant cinq ans, il étudie sous la direction d’Aldo Ciccolini, et sort en 1980 avec deux prix, de piano et de musique de chambre. Familiarisé grâce à son père, le trompettiste Pierre Sellin, avec le milieu du jazz, il commence à jouer en club et en concert. On l’entend aux côtés de Gérard Badini, Guy Lafitte, Sonny Grey, Harry Edison, Eddie Davis, Joe Newman, Eddie Vinson... En 1984, il forme un trio avec Riccardo del Fra et le batteur Eric Dervieu et devient l’accompagnateur attitré de Johnny Griffin. D’autres leaders feront appel à lui : Slide Hampton, Peter King, Jim Snidero, Chet Baker, Barney Wilen, Dizzy Gillespie, James Moody, Clifford Jordan, Benny Bailey... En 1986, il enregistre avec Dee Dee Bridgewater et effectue de nombreuses tournées avec la chanteuse. 1989 : il forme un sextette avec Sylvain Beuf (ts), Denis Leloup (tb), Tony Russo (tp), Hélène Labarrière (b) et Umberto Pagnini (dm) ; participe au festival de l’Union Européenne de Radio à Middelheim (Belgique) au sein du big band de George Russell et avec Gillespie ; fait partie de la formation « Tribute to Mingus » avec François Méchali (b), François Jeanneau, Enrico Rava et André Ceccarelli. Prix Django Reinhardt de l’Académie du Jazz (1990), il enregistre avec Branford Marsalis et, l’année suivante, participe au disque « Gérard Badini Meets Claude Debussy ». Il est également sollicité pour des musiques de film et de théâtre. En 1993, il devient professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique.
S’il a d’abord été très influencé par la technique magistrale d’Oscar Peterson, cet harmoniste raffiné a peu à peu développé une manière souple, fluide, qui ferait plutôt penser à un Wynton Kelly.

E. L.

« Chet Baker Plays Vladimir Cosma » (1984). ; « Happy Meeting » (1985) ; « Some¬thing To Live For » (André Villeger, 1986) ; « Live In Paris » (Bridgewater, 1986) ; « Hervé Sellin Sextet featuring Branford Marsalis » (1991), « Live At Jazz Valley, featuring Johnny Griffin » (1991).